La Starbrick est une expérience portant sur la modulation de la lumière et de l’espace, développée grâce à de nombreuses recherches sur les relations entre l’espace et la géométrie, dans mon studio. Notre idée initiale de générer une géométrie complexe de briques a mené au développement de modules en forme d’étoile, basés sur un principe superposable qui produit trois types d’espace : la structure solide du module lui-même, l’espace négatif en son cœur ayant la forme d’un « cuboctaèdre » et les sphères polyédriques qui apparaissent entre les modules lorsqu’ils sont empilés. Ces dernières années, mon studio a conduit un certain nombre d’expériences basées sur la lumière en collaboration avec Zumbotel, dont l’une d’entre elles s’intéressait aux différentes qualités et teintes d’éclairage à LEDs. Ces LEDs, placées à l’intérieur des modules individuels, ont finalement donné naissance à la Starbrick. 


J’ai développé un module qui, bien qu’il fonctionne comme un objet en lui-même, peut aussi être assemblé pour former des structures « en nuages » ainsi que des éléments architecturaux de base tels que des murs, sur pied ou intégrés dans une structure globale, des plafonds suspendus, des colonnes de diverses formes, diverses tailles et différents volumes – en théorie, vous pourriez construire une maison lumineuse en Starbricks ! Le principe, extensible et généreux, permet d’acheter un système de lampe qui s’intègre parfaitement dans son environnement. En fonction du contexte, vous pouvez changer le système ; dans un petit studio ou dans un établissement public, le module peut être utilisé comme une unité de construction mélangeant lumière, géométrie et volume.


En collaborant avec Zumbotel, j’ai eu l’opportunité de développer une lampe à usage quotidien. Elle pose des questions centrales que partagent l’art contemporain et la société : comment la lumière définit-elle l’espace ? Comment influence-t-elle notre vision du monde ?  

La lumière ouvre des espaces indéterminés et nous challenge sur une nouvelle définition de notre sensibilité. Elle a un très fort potentiel performatif : son caractère éphémère semble produire des récits et des sentiments individuels, souvent dans des contextes sociaux. La lumière a un impact essentiel sur la compréhension de nos environnements proches, le vaste contexte géopolitique, la durabilité, les conséquences de nos actions, les relations sociales dans lesquelles nous sommes pris, ainsi que la compréhension de nous-mêmes. 

Si nous améliorons notre sensibilité à la lumière, en laissant se croiser les considérations esthétiques et éco-éthiques, je pense que nous commencerons à concevoir l’espace différemment. La Starbrick est un essai dans ce sens. 

Olafur Eliasson


La structure de base de la Starbrick est un cube sur les faces duquel ont été placés des cubes additionnels, selon un angle de 45°. Ces cubes additionnels servent de connecteurs servant à relier plusieurs Starbricks entre elles.