Olafur Eliasson est né à Copenhague en 1967 où il fit ses études à l’Académie Royale des Beaux Arts du Danemark. En 1995, il créa le studio Olafur Eliasson à Berlin, un laboratoire de recherches spatiales. Aujourd’hui, il y travaille aux côtés d’une équipe d’architectes, d’historiens de l’art et d’experts des matériaux et de la lumière pour développer et produire des œuvres artistiques, des installations spatieuse, des séries de clichés et des sculptures.


En 2003, Olafur Eliasson représenta le Danemark lors de la 50ème Biennale de Venise et il exposa, la même année, The weather project dans le Turbine Hall du Tate Modern à Londres. Dernièrement, il exposa entre autres au Martin-Gropius-Bau de Berlin et au Musée d’art contemporain du 21ème siècle de Kanazawa. Take your time : Olafur Eliasson, une large rétrospective de son œuvre, a été organisée par le Museum of Modern Art de San Francisco en 2007 avant d’être présentée au Museum of Modern Art et au P.S. 1 Contemporary Art Center de New York, au Museum of Art de Dallas, au Museum of Contemporary Art de Chicago et au Museum of Contemporary Art de Sydney.


Eliasson a réalisé de nombreux projets destinés à l’espace public, tels que son œuvre Green river en 1998 qu’il a transporté dans différentes villes entre 1998 et 2001. Aux côtés de l’architecte norvégien Kjetil Thorsen, il a conçu la Serpentine Gallery Pavilion 2007, un pavillon temporaire installé dans les Kensington Gardens de Londres. Les New York City Waterfalls d’Eliasson, commissionnées par le Public Art Fund, ont été installées en 2008 sur les rives de l’East River, à Brooklyn et à Manhattan. 

En 2010, son exposition Innen Stadt Außen (Ville Intérieur Extérieur) au Martin-Gropius-Bau de Berlin, comprenait également de nombreuses interventions dans la ville.


En tant que professeur à l’Université des Arts de Berlin, il ouvre en 2009 l’Institut für Raumexperimente (Institut des expériences spatiales de Berlin). 

La Starbrick est la première édition illimitée d’Eliasson.